Papillons
© Johann Cousinard 2018 -  toute reproduction interdite - tous droits réservés
APPRENDRE Pour   apprendre   à   reconnaitre   les   rhopalocères, rien   de   mieux   qu’un   bon   guide   de   terrain .   Vous trouverez   différents   ouvrages   traitant   du   sujet dans la biblio  du site. Je   vous   recommande   vivement   l’excellent   livre de   Tristan   Lafranchis   « Papillons   de   France »   dans lequel   les   caractéristiques   distinctives   de   chaque espèce   présente   en   France   sont   annotées   sur   des photos.    Seul    reproche,    la    taille    des    papillons n’est   pas   indiquée.   Par   contre   vous   y   trouverez aussi   les   zygènes   de   France   et   quelques   autres espèces d’hétérocères diurnes. Pour    ceux    qui    préfèrent    les    dessins    et    une répartition   plus   large   des   espèces,   le   « Guide   des papillons    d’Europe    et    d’Afrique    du    Nord »    de Tolman et Lewington sera parfait. Pour    identifier    les    chenilles,    le    « Guide    des chenilles   d’Europe »   de   Carter   et   Hargreaves   vous sera   d’une   aide   précieuse   même   s’il   n’est   pas exhaustif    et    que    seul    le    dernier    stade    y    est représenté. Des       ouvrages       plus       spécialisés        vous permettront   d’en   apprendre   plus   sur   la   vie   des papillons.   Je   pense   particulièrement   à   « La   vie des   papillons »   de   Lafranchis,   Jutzeler,   Guillosson &   Kan   qui   est   une   mine   d’informations   sur   vos insectes    préférés    volant    en    France.    Vous    y découvrirez    des    monographies    traitant    de    leur écologie,    leur    biologie,    leurs    comportements, leurs   prédateurs,   ainsi   que   des   photos   des   oeufs, des chenilles et des chrysalides. Enfin   n’hésitez   pas   à   utiliser   le   biofotoquiz ,   un formidable   outil   pour   apprendre   ou   s’entrainer   à reconnaitre    les    papillons    avec    des    niveaux    de difficultés   différents   (débutant,   avancé,   expert). Différents    modules    sont    également    disponibles pour   s’exercer   avec   les   plantes,   les   oiseaux,   les mammifères,   les   orthoptères,   les   amphibiens   et les   reptiles.   Merci   à   Beat   et   son   équipe   pour   leur travail.
OBSERVER Pour     savoir     où     et     quand     observer     les papillons ,     il     convient     de     connaitre     leurs habitats,   leurs   habitudes,   leurs   comportements, leur cycle de vie et leurs plantes hôtes. Certains   papillons   fréquentent   des   lieux   humides comme    le    petit    collier    argenté,    d’autres    des milieux   secs   comme   la   mélitée   orangée.   Certains ne     se     rencontrent     qu’en     montagne     comme l’apollon,    d’autres    en    milieux    boisés    ou    en prairies    fleuries    ou    à    proximité    de    ruisseaux comme le vice-roi. Certains   papillons   ne   volent   que   lorsque   le   soleil est   présent   comme   le   thaïs   balkanique,   d’autres continuent    à    voler    lorsque    le    ciel    se    couvre. Certains     volent     plus     facilement     à     certaines heures   de   la   journée,   d’autres   viennent   se   poser pour   boire   l’humidité   au   sol   en   matinée   comme le grand mars ou le petit mars. Certains   papillons   ne   volent   qu’à   une   certaine période   de   l’année   comme   la   diane   de   mars   à mai,     alors     que     d’autres     peuvent     être     vus pratiquement   toute   l’année   comme   le   citron   qui vole de février à octobre. Observer   des   chenilles    n’est   pas   toujours   aisé. Il   n’est   pas   toujours   facile   de   les   repérer   dans leur   environnement   :   elles   sont   passées   maitres en   matière   de   camouflage.   Dérangées,   certaines se   laissent   tomber   au   sol.   Pour   maximiser   les chances   de   les   rencontrer,   il   convient   de   bien connaitre   leurs   plantes   hôtes   (PHL)   pour   scruter minutieusement   leurs   feuilles,   leurs   tiges   et   leurs bourgeons,   c’est-à-dire   les   endroits   où   elles   sont susceptibles   de   se   nourrir.   Certaines   peuvent   être surprises   également   en   train   de   se   réchauffer   au soleil. Pour   approcher   les   papillons ,   il   faut      procéder avec   minutie.   Les   papillons   sont   sensibles   aux mouvements,   une   approche   lente   et   patiente   est donc   recommandée.   Souvent   s’accroupir   pendant la   phase   d’approche   augmentera   fortement   vos chances   de   succès.   Attention   aussi   à   votre   ombre portante qui effraiera n’importe quel papillon. Pour   suivre   un   papillon   en   vol,   placer   votre   main sur    le    front    au-dessus    des    yeux    comme    une visière   de   casquette,   cela   vous   permettra   de   ne pas   le   perdre   de   vue   quand   vous   aurez   le   soleil de face. Après   avoir   observé   un   papillon   arrive   le   moment de   l’ identifier .   Etre   capable   de   reconnaitre   les différentes   familles   de   rhopalocères   vous   aidera grandement   pour   orienter   votre   identification.   Il convient   toujours   de   bien   observer   le   recto   et   le verso   des   ailes   de   chaque   papillon   pour   repérer les   critères   distinctifs   qui   vous   permettront   de déterminer    l’espèce.    Il    ne    vous    restera    qu’à consulter   le   guide   de   terrain   que   vous   aurez   pris avec vous. Certaines   espèces   se   ressemblent   beaucoup   et   il n’est     pas     toujours     facile     de     les     observer longuement   lorsqu’ils   sont   actifs.   Le   recours   à la   photo    constitue   un   outil   précieux   pour   vérifier et     confirmer     l’identification     à     posteriori     sur l’écran     de     l’appareil     ou     sur     l’écran     d’un ordinateur à la maison. Une   paire   de   jumelles    peut   s’avérer   très   utile également.   Préférez   un   modèle   à   courte   distance de   mise   au   point   (entre   50   cm   et   1,50   m)   qui vous   permettra   d’observer   de   près   les   papillons. Préférez    aussi    une    paire    de    jumelles    à    faible grossissement     (8x     maximum)     car     un     fort grossissement    réduirait    le    champ    de    vision. N’hésitez pas à essayer les Pentax Papilio II . Enfin   préférez   les   jumelles   au   filet.   Laisser   la capture    de    specimens    aux    chercheurs    et    aux scientifiques.    Préférez    une    collection    photo,    et surtout   ne   collectez   pas   de   specimens   d’espèces en    danger    ou    vulnérable.    C’est    une    question d’éthique et de choix personnel.
PARTICIPER Collectez    les    données     lors    de    vos    sorties. Notez    les    informations    sur    vos    observations (espèces    rencontrées,    lieux    des    observations, conditions      météo,      comportements,      …)      et transmettez   les   aux   organismes   de   collecte   de données. En voici quelques-uns francophones : http://sterf.mnhn.fr/ Suivi   TEmporel   des   Rhopalocères   de   France. Pour    la    France,    programme    de    suivi    des variations   des   populations   de   papillons   selon un protocole établi. https://www.faune-france.org/ pour   la   France,   vous   y   trouverez   des   liens vers    de    nombreux    départements,    et    vous pourrez     transmettre     vos     données     pour plusieurs      taxons      (papillons,      libellules, oiseaux,   mammifères,   amphibiens,   reptiles, coléoptères, araignées, …). https://obj.mnhn.fr/ pour   la   France,   site   de   l’observatoire   de   la biodiversité   des   jardins.   C’est   un   programme de   recensement   des   papillons   volant   dans vos jardins. https://observations.be/ pour   la   Belgique.   Collecte   des   données   pour les        oiseaux,        mammifères,        reptiles, amphibiens et papillons. v w / encodage/ pour   la   Belgique.   Autre   site   de   collecte   de données pour différents taxons. f W W m e.do pour la Suisse. En voici un anglophone : http://www.e-butterfly.org/ pour le Canada et les États-Unis.
PRÉSERVER Les    papillons    jouent    un    rôle    d’indicateurs    sur l’état   de   santé   des   écosystèmes,   en   raison   de leur    grande    diversité    et    de    leurs    exigences écologiques   variées.   De   nombreuses   espèces   sont en    régression    principalement    à    cause    de    la dégradation   des   milieux   naturels   (perte   d’habitat, raréfaction   des   plantes   hôtes,   pratiques   agricoles, usage   de   pestisides).   La   volonté   de   préserver   les papillons   est   nécessairement   liée   à   la   volonté   de préserver,      conserver      et      entretenir      les milieux    dans   lesquels   ils   vivent.   La   préservation de   zones   naturelles   est   essentielle   au   maintien des   plantes   hôtes   des   papillons   et   ainsi   de   leurs populations. N’hésitez   pas   à   vous   rapprocher   d’associations   ou d’organismes    pour    participer    à    des    chantiers natures   ou   des   programmes   visant   à   entretenir des   zones   sensibles,   comme   le   ReNArd    qui   mène des   actions   de   conservation   sur   différents   sites dans le département des Ardennes en France. Chacun    peut    apporter    sa    petite    contribution personnelle   en   créant   un   jardin    pour   attirer   les papillons,   jardin   qui   servira   de   refuge   ou   de   zone relais pour différentes espèces. La   première   recommandation   est   évidemment   de bannir   l’usage   des   insectisides   et   des   herbicides pour ne pas nuire à nos petits amis. Il   conviendra   de   planter   les   plantes   hôtes   (PHL) qui    attireront    les    femelles    pour    pondre    leurs oeufs   et   qui   nourriront   les   futures   chenilles.   Il faudra   aussi   planter   des   plantes   nourricières   qui permettront    à    tous    les    papillons    d’aspirer    le nectar   de   leurs   fleurs.   Certains   papillons   comme le   vulcain   ou   le   tircis   aiment   aussi   tremper   leur trompe dans les fruits fermentés. N’hésitez   pas   à   laisser   des   zones   non   fauchées dans   votre   jardin   :   cela   permettra   aux   plantes sauvages    de    se    développer    et    aux    papillons d’accomplir   leur   cycle   de   vie   sans   perturbations. Essayez   de   tondre   moins   souvent   pour   ne   pas   en faire   un   nouveau   désert   biologique   (le   top,   une ou deux fois par an). Aménagez    une    surface    de    sable    humide    pour fournir   les   sels   minéraux   dont   les   papillons   ont besoin. Aménagez   un   muret   (chrysalides,   refuge   pour   les papillons   hibernant),   un   tas   de   bois   (refuge   pour les     papillons     hibernant),     une     haie     naturelle diversifiée. Laisser    pousser    un    massif    d’orties    (PHL    de plusieurs   espèces),   un   massif   de   ronces   (PHL   de plusieurs   espèces)   ou   un   lierre   (nectar   des   fleurs, abri pour passer l’hiver pour le citron).
JCO Photographies
PHOTOTEK PHOTOTEK